AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Neoz

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Neoz   Mar 14 Nov - 3:30

Une silhouette dans la nuit, une ombre dans la ruelle.
Tout était calme ce soir, et rien ne viendrait perturber la marche imprimée par cet individu.
Il portait une longue cape de tissu marron et des bottes noires de cuir fin et une sacoche brune, qu’il agrippait avec force. Sa cagoule reposée sur ses épaules laissait apercevoir ses cheveux et son visage.
Il avait l'apparence mi-humaine, mi-féline. Et ses cheveux, d'un blond semblable à celui du blé, étaient en bataille sous l'effet des brises du vent, qui venait le caresser sans cesse.
Après quelques heures de marche, le felys s'arrêta contre le mur d'une vielle bâtisse en bois, assit à même le bitume et les yeux fermés, il se mit à penser…

Le vent soufflait fort et le noir s’installait peu à peu dans le paysage. C’est alors qu’on entendit une voix grave mais chaleureuse appeler.
« Neoz ! Rentre il se fait tard à présent ! »
Un jeune felys sortit de derrière un petit buisson, d’herbes vertes et rouges, et se dressa d’un bond les oreilles relevées. Il avait dans les mains des petits cailloux de toutes sortes et autres brindilles.

J’arrive papa ! Dit le petit enfant avec un large sourire.

L’homme qui se tenait devant la porte d’entrée, d’un vieux repaire creuser dans une grotte, n’avait pourtant pas l’air d’un felys, pour que le jeune gamin l’appelle « papa » ! Il donnait plutôt l’impression d’être une espèce de gros lézard, se tenant sur ces deux jambes, tel un humain, avec une longue queue verte et une peau ressemblant à une armure d’écailles, pareille à un sac à main.

Neoz laissa retomber les pierres et les bouts de bois qu’il portait, et se dirigea vers l’homme qui regardait avancer son fils avec un air satisfait et heureux.
Arrivé au seuil du repaire, on pouvait apercevoir un écriteau avec ces inscriptions :

Demeure du grand sorcier Gobiwan et de son fils Neoz

La tanière était semblable à toutes les autres tanières qui existaient dans le coin. L’entrée était d’apparence simple mais cachait un intérieur très luxueux, digne des plus grandes demeures que l’on pouvait croiser tout le long des plaines de Barla. Et dont seuls quelques riches propriétaires pouvait se vanter d’avoir.

Une fois à l’intérieur, Gobiwan fila en cuisine pour finir de préparer le repas, tandis que Neoz se rendit à la salle de bain, afin de se débarbouiller le visage et se laver les mains, qu’il avait pleines de terre.
Puis il se dirigea vers sa chambre, qui se situait un niveau au dessous de l’entrée, et dans laquelle il aimait passer le plus clair de son temps lorsqu’il pleuvait ou faisait mauvais temps. Car lors des beaux jours, le jeune felys adorait partir en excursion dans le bosquet qui se trouvait non loin de chez lui, ou il prenait par à toutes sortes d’expériences, comme étudier les ecureuils-lions et les bourdons, ou s’asseoir tout simplement contre l’écorce d’un vieux Ent afin de s’y reposer.
On retrouvait dans sa chambre plusieurs vestiges de ces excursions au bosquet, comme des fourrures d’ecureuils-lions qu’il disposait sur une étagère comme des trophées !


Dernière édition par le Ven 19 Jan - 4:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Neoz   Mar 14 Nov - 3:33

Un bruit sortit de son état de léthargie le felys. Un petit animal semblable à un écureuil, mais avec une crinière de lion, venait de traverser la route en pavée pour ramasser un morceau de pain qui traînait là. Il regarda fixement l’individu qui resta assit sans bouger avant d’esquisser le moindre geste de peur de se faire tuer pendant qu’il ramasserait le bout de pain.
Cependant, le felys ne semblait pas vouloir attaquer cette petite créature.
« Va ! Prend ces quelques miettes en paix, je ne te ferais plus aucun mal...»
L’animal s’empressa de ramasser le pain comme s’il venait de comprendre les paroles que le felys lui avait adressées, et partit aussitôt, le laissant replonger dans ses pensées...

Sur la table de chevet de Neoz, on pouvait apercevoir un cadre qui ornait la photo d’une belle jeune felys. Tout en bas en lettre d’or était inscrit les mots suivants :
-A ma maman-
Il y avait en effet comme un air de ressemblance entre la fille sur la photographie et le jeune felys, qui essuyait ses mains encore mouillées sur un revers de sa chemise.

La mère de Neoz s’appelait Felicia. Elle avait connu Gobiwan dans un séminaire de sorciers et depuis ce jour-ci, ne s’était plus jamais séparé de lui. Le couple heureux, vivait alors au centre ville dans un des quartiers huppé de la capitale. Lors de la naissance de Neoz, les deux parents étaient aux anges de voir que le fruit de leur amour avait donné vie à ce petit être qu’il allait chérir pour toujours...Il avait l’apparence totalement féline, comme sa mère, et n’avait hérité d’aucun des traits physiques de son père. Neuf ans après, lors d’une attaque d’un groupe de mercenaires, la résidence où vivaient paisiblement le petit couple et son enfant fut pillée et la mère de l’enfant qui se trouvait malheureusement présente lors de cette attaque fut tuée par ces horribles assassins.
Depuis ce temps, Gobiwan avait élevé seul son enfant et lui avait inculqué toutes ses connaissances de grand sorcier saurus, son goût pour la nature et le respect d’autrui même si pour Gobiwan, la foule était souvent à éviter.

Le repas est servi ! Va te laver les mains et viens manger !

Neoz se dépêcha d’accrocher sa veste dans la penderie de son armoire et courut vers la salle à manger, ou l’attendait son père qui avait fini de dresser la table. C’est la première fois que Neoz ne s’en chargeait pas et il fut surpris de voir que son père avait sorti les couverts utilisés lors de grandes occasions…

Nous attendons quelqu’un ? Demanda innocemment le jeune felys.
Gobiwan, évita la question et se rendit à la cuisine pour y chercher la casserole de soupe.
Neoz s’aperçut qu’il n’y avait pas de couverts de plus et s’inquiétait à présent de la réaction de son père qui était pourtant si ouvert avec lui d’habitude.
Le saurus revint, et posa la casserole sur la table, avant de s’asseoir. Il regardait son fils les yeux, les traits de son visage se fermèrent comme s’il avait à annoncer quelque chose de difficile.

Tu es grand à présent mon fils, et tu dois savoir que malgré notre grande résistance et le fait que nous vivions plus longtemps que certains êtres humains sur cette terre, il y a un jour ou les saurus doivent, tout comme chaque personne vivant…

Le regard de Neoz s’assombrit soudain, il venait de comprendre que son père lui parlait de la mort…de sa propre mort.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Neoz   Mar 14 Nov - 3:35

La casserole dégageait une odeur de légumes et les vapeurs qui s’en échappaient, entouraient la pièce d’une chaleur apaisante. C’était pourtant un sentiment inverse qui envahissait Neoz à ce moment précis.

…je ne veux pas que tu assiste à ce moment qui ne va pas tarder…c’est pourquoi dès demain tu t’en ira mon fils...

Le sang du felys ne fit qu’un tour ! Après avoir perdu sa mère, il devait en être de même pour son père.

Le vieux saurus se leva et s’approcha de son fils. Neoz lui sauta aux bras en pleurant toutes les larmes de son corps. Tous les mots de l’univers ne pourraient pas exprimer ce qu’il ressentait au fond de lui. Gobiwan serra plus fort qu’a l’accoutumé son fils et lui glissa à l’oreille.

Je t’aime fiston.


Le vent soufflait toujours aussi fort dans la ruelle et ce souvenir fit apparaître une larme, au coin de l’œil du felys, qui coula le long de sa joue et qu’il essuya aussi rapidement avant que celle-ci n’atteigne ses lèvres.

Aidé de son père, Neoz prépara une sacoche, afin de l’aider dans sa nouvelle vie, et lui permettre de survivre au dehors. La première chose qu’il glissa à l’intérieur fut la photographie de sa mère, qu’il prit soin d’envelopper au préalable dans un chiffon. Puis son père lui rapporta plusieurs objets de la cave : un vieux bâton, quelques potions magiques, et différentes choses qui lui serviraient à l’avenir…

Tout deux assit sur les fauteuils devant la cheminée, son père raconta les histoires de son passé à son fils, qui l’écoutait une dernière fois sans mots dire, jusqu’au lever du matin.

Et ce fut le moment de partir, de quitter ce lieu si cher à son cœur pour rejoindre des contrées encore inexplorées par ce jeune felys. Il se retourna une dernière fois pour apercevoir son père, au pas de la porte, le regard fier sachant qu’il avait bien éduqué son enfant pour cet instant précis, celui ou il serait capable de prendre son envol.
Puis d’un signe de la main, Gobiwan invita Neoz a regarder toujours devant lui et d’avancer sans ce soucier de ce qui passerait…


Cela fait une journée maintenant que Neoz est parti de chez lui.
Il reste assit contre cette vieille bâtisse en bois, en regardant l’ecureuil-lion s’en aller, la main dans sa sacoche de laquelle il sortit le bâton de son père et une corde. Il courba le bâton et fixa à chaque extrémité les bouts de la corde, afin de former un arc.
Puis, la sacoche dans le dos et l’arc à la main, il se leva et continua sa marche pour trouver un endroit ou il pourrait se poser.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Neoz   

Revenir en haut Aller en bas
 
Neoz
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Repère des Ombres :: Mémoires des Ombres :: L'ombre de Vous même-
Sauter vers: